Crazy Butterfly (DP16)

 Etape 1 les plans :

Comme certain(e)s le savent déjà, je vais mettre à profit mes congés d'été 2013 pour suivre un stage de lutherie auprès de Damien Peley (https://www.facebook.com/pages/DP-guitars/196839567002680?ref=ts&fref=ts).

Je vous ferai partager mon expérience en postant ici même et sur la page Facebook du blog des comptes rendus et des photos du stage.

Vous pourrez donc suivre, étape par étape, la naissance de ma guitare signature, qui portera le doux nom de Crazy Butterfly DP16 (Pour Damien Peley, nom du luthier et 16 le numéro de série).

Voici donc les plans, dessinés de mes blanches mains :

Comme vous pouvez le constater, j'ai imaginé une guitare symétrique a double cornes, inspirée pour la forme de la fameuse demi-caisse Midtown de chez Gibson. Toutefois,  il s'agira d'une guitare électrique corps partiellement creusé et qui aura une dimension plus modeste. Rendez-vous au prochain post pour les détails techniques.

      


Etape 2 les spécificités :

 Il s'agira d'une guitare électrique avec le corps partiellement creusé et des ouïes, 6 cordes.

Forme et dimensions :
Midtown Gibson,  avec les dimensions d'une Les Paul Gibson
Manche vissé

Bois :
- corps : noyer
- plaque papillon : érable
- manche : érable
- touche : ébène
- tête érable
-  cache truss rod en noyer

Accastillage :
chromé, sauf la plaque vissée du manche et la prise jack qui seront noires

Micros :
EMG actifs 60/81




Etape bonus luthier :

Le petit plus de Damien, des caches micros en noyer, la classe non ?!
Ils sont déjà fabriqués :




Etape 3

Ce lundi 12 août, 2013, début du stage chez le luthier et début de la fabrication de la Crazy Butterfly.

Premier travail de la journée, découverte de l'atelier et des outils que nous (je fais le stage avec ma sœur qui va elle aussi construire sa guitare) allons utiliser tout au long des étapes. Nous prenons ensuite la route pour nous rendre dans une menuiserie avec nos pièces de bois afin qu'elles soient dégauchies et rabotées.

De retour à l'atelier, nous nous mettons au travail sur le manche avec la préparation de la partie qui accueillera la tête de la guitare. Le manche est en érable, en trois parties et Damien l'avait préalablement préparé en collant lesdites 3 parties ensemble, ce qui nous a fait gagner de précieuses heures.

Nous devons découper un angle à 14 degrés à la scie à main, sur le haut de la pièce de bois, cette partie accueillera la tête, que nous collerons dessus. Une fois l'angle mesuré et tracé, la découpe se fait manuellement à la scie. Après le découpage de l'angle, il faut passer au rabotage pour bien mettre le bois à niveau et enfin, nous passons à l'étape du ponçage. Il faut ensuite humidifier la partie sur laquelle nous mettrons la colle. La pièce de bois dans laquelle sera dessinée la tête doit elle aussi être poncée et humidifiée avant le collage.


 Découpe d'un angle à 14 degrés

 Collage du manche avec la tête

La colle étant assez longue à prendre (12h), nous laissons pour le moment le manche de côté et nous nous attaquons à l'assemblage des bois que nous utiliserons pour le corps. La Crazy Butterfly sera en noyer massif. Une fois la colle posée, nettoyage des coulures et séchage, là encore pour 12h, temps de séchage de la colle.

Préparation des deux pièces de bois pour le collage

Assemblage et collage des deux pièces de noyer massif qui constitueront le corps de la guitare.



Après une pause pour déguster le repas si gentiment préparé par "Mamy", nous reprenons le travail, cette fois-ci avec la préparation de la touche. Si Aurélia à choisi du palissandre, la mienne sera en ébenne.

Là encore, Damien avait préalablement préparé les pièces de bois. Il s'agit d'une partie délicate à réaliser car les écarts entre les cases contribuent à la justesse de la note qui sera jouée. Cette partie est particulièrement technique.

Touche en ébenne (à gauche) et en palissandre (à droite)

Nous traçons sur la touche un axe de symétrie centrale dans le sens de la longueur qui servira de repère. Ensuite nous traçons les bords de façon à ce que la touche prenne un forme trapézoïdale. Sa base mesurera 56 mm et sa tête 43 mm.

Nous procédons ensuite à un pré-découpage des bord à l'aide d'une machine. Cette étape est minutieuse car il ne faut absolument pas "mordre" sur les bords préalablement tracés. Mission accomplie !

pré-découpage des bords de la touche

Ensuite il faut procéder au découpage final des bords de la touche. L'appareil à utiliser étant relativement dangereux, c'est Damien qui le fera. Le résultat est prometteur.

Préparation de la touche pour la découpe définitive

Touche après la découpe (il reste quelques traces de doubles face qui partiront par la suite)


Etape 4

2ème jour de stage.

Les planches de noyer collées la veille sont prêtes, nous pouvons donc commencer à tracer la forme du futur corps de la guitare et placer les "accessoires" afin d'avoir un premier rendu.

 Dessin du corps de la guitare


Nous procédons ensuite à la pré-découpe du corps. Le travail est minutieux, il s'agit de ne pas s'approcher trop près des bords, tout en enlevant un maximum de bois afin de faciliter ensuite la finition.

 Première pré-découpe de la forme

 Seconde coupe avant finition des arrondis

Une fois le corps ainsi dégrossi, nous nous attaquons à la découpe de la partie inférieure de la tête collée au manche la veille. C'est un travail très difficile car il faut scier la partie qui dépasse à la scie. Le bois, en érable est très dense et donc très difficile à scier.

 Il s'agit d'enlever la partie qui dépasse de la pièce de la tête sur le manche


Une fois cette partie sciée, il faut rapper puis poncer "le plat" ainsi créé


 Nous passons ensuite au dessin final de la tête et à la préparation du collage de la touche


Enfin, il faut préparer la pose du truss rod (barre de réglage du manche, cette pièce sert à stabiliser la forme du manche qui est soumis à la très forte tension des cordes et à en ajuster la courbure). Pour cela il faut creuser le centre exact du manche à la bonne taille. Nous utilisons pour cela un défonceuse.

 Préparation de la pose du truss rod avec la défonceuse

Vue de la défonce qui accueillera le truss rod

 Essai de pose du truss rod

Etape 5

Cette nouvelle journée a été consacrée à la fixation de truss rod et au collage de la touche sur le manche, ainsi qu'au travail sur le corps.

Les différentes étapes pour placer le truss rod étant finies, il ne reste plus qu'à le fixer définitivement. Pour cela, il faut "l'emballer" dans du film alimentaire et le poser dans la rainure creusée dans le manche la veille, préalablement remplie (légèrement) de mastic. Cette technique permet d'éviter que le truss rod ne bouge et fasse un bruit métallique.

Truss rod fixé

Pour ce qui est du collage de la touche, c'est Damien qui s'en est chargé. Il a commencé par fixer dans les rainures des frettes, 3 petits clous qui permettrons de garder la touche bien fixe au moment de la pose, car la colle rend les pièces de bois très glissantes. Ensuite, après avoir découpé des planches de maintien, il les a percées de façon à laisser passer les petits clou. Enfin il a positionné la touche et la planche de maintien, le tout tenu par des serre-joints.

Collage de la touche

Une fois ce travail effectué, nous consacrons le reste de la journée au travail du corps, ce qui n'est pas une mince affaire ! Il faut d'abord commencer par ajuster la forme en respectant les étapes suivantes :

- passage de la rappe à main afin d'éliminer les surplus de bois en s'approchant au plus des bords dessinés sur la pièces de bois ,
- passage de la lime pour éliminer les traces de rappe,
- passage de la défonceuse pour ajuster les bords
- passage du papier de verre pour éliminer les traces de lime et de défonceuse,

Ce travail est très long à faire mais nécessaire pour que la finition soit réussie.

 Damien à la défonceuse, outil que je n'ose pas manipuler

 Corps après les étapes sur les bords du corps

Ayant choisi une guitare avec des ouïes, il faut donc creuser l'intérieur de la forme. Damien commence à délimiter les espaces qu'il faudra creuser, il prend soin de laisser des marges sur le bord et une sorte de colonne vertébrale qui part du talon de la guitare.

Ensuite il faut préparer les guides de découpe afin de ne pas trop creuser, tant en profondeur que sur les bords, pour ne pas fragiliser la pièce de bois.

Les guides posés, nous procédons à un pré-découpage en perçant des trous avec la perceuse à colonne. Cette étape m'amuse beaucoup à faire !

Enfin, le découpage final est réalisé par Damien à la défonceuse.

Délimitation des zones de creusage

Installation des guides de creusage

Creusage des trous


 On utilise une défonceuse pour creuser le corps

Résultat après le creusage d'une partie du corps, reste la seconde à faire

Etape 6

Cette étape a demandé beaucoup de travail. Il a d'abord fallu finir le creusage du corps et passer ensuite aux finitions intérieures en ponçant les bords internes et le fond de la caisse avant de vernir ces éléments pour un rendu plus harmonieux, qui se verra par les ouïes.

Vue du corps après le creusage définitif

Préparation pour le ponçage des zones creusées

Séchage après la pose du vernis

Résultat après séchage

Le corps ainsi préparé, nous travaillons ensuite sur la table qui viendra recouvrir le corps. Nous dessinons la forme sur la plaque de noyer (qualité 0000, la Rolls des plaques !) puis nous découpons grossièrement la forme. Nous encollons le corps mais seulement d'un côté car la pose de la plaque ce sera en deux fois, par moitiés. Nous posons ensuite délicatement la table sur le corps et la fixons à l'aide de serre-joints pour maintenir le tout pendant le séchage de la colle.

Séchage de la table en noyer sur le corps (1ère moitié)

Ce travail sur le corps effectué, nous continuons ensuite le travail sur le manche. La touche étant désormais collée, nous devons la poncer afin de lui donner son aspect final. Deux étapes de ponçage la première au papier de verre à 80 puis à 125. Il s'agit ensuite de faire le radius, c'est à dire de donner la forme incurvée à la touche. On donne une forme plus ou moins arrondie à la touche en fonction de la vitesse que l'on veut donner au déplacement des doigts sur le manche. Je souhaitais avoir un manche rapide, nous avons donc choisi un radius de 16 (pour exemple la Les Paul a un radius de 12, alors que les guitares des métalleux ont un radius de 20). Mon manche sera donc rapide et polyvalent puisque situé entre les deux.

Cale à radius de 16

Une fois l'arrondi obtenu, il faut passer au frettage. Nous avons acheté les frettes préalablement courbées chez Music Store 63, notre dealer officiel. Il faut ensuite les couper à la bonne taille afin de pouvoir les installer sur la touche à l'aide d'un marteau à fretter.

Coupe des frettes

 Pose des frettes



Etape 7

Nous voilà arrivés à mi parcours de notre stage et déjà la future guitare commence à prendre forme.

Aujourd'hui, nous finissons le limage de la tête et le frettage avec coupe des bords à ras le manche et limage, puis il faut arrondir les bords de frettes avec un lime à frettes. Le travail est long mais nécessaire si l'on ne veut pas se blesser quand on jouera.


Limage des bords avec la lime à frets

Après le passage de lime sur les frettes et la tête

Il reste encore à placer les repères de touche. Pour cela, il faut percer le côté de la touche puis insérer un petit cylindre blanc que l'on fixe avec de la colle à bois, enfin, on coupe le surplus et on ponce le tout.

 Placement des repères de touche


 Pendant que Damien s'affaire sur la défonce du talon de la future guitare de ma sœur, je prépare le cache truss rod que je crée de toute pièce, du choix de la forme, à la pièce de bois en passant par position de la forme sur ladite pièce. Je choisis également d'y inscrire le nom de la guitare.

Ébauche du cache truss rod

Cache truss rod avec son inscriptio

Vue générale avec le cache truss rod


Etape 8

Après le collage de la table en noyer sur le corps, il reste encore pas mal de travail. Le premier et de détourer correctement la forme à l'aide de la défonceuse.

La table est collée sur le corps

Pré-découpage du tour

Détourage à l'aide de la défonceuse (merci Damien !!!)

La table est collée et détourée

Une fois le travail du détourage effectué, il faut maintenant s'occuper de tracer et découper les ouïes, mais avant cela, nous faisons un petit repérage avec un placement du manche, du cordier et du chevalet.

Aperçu du rendu final avant découpage des ouïes

Pour le perçage des ouïes, il faut préalablement les dessiner de façon symétrique puis commencer à percer grossièrement (des petits trous, toujours des petits trous - air connu - ),ensuite, c'est un travail technique et de patience qui commence pour Damien afin de réaliser de magnifiques ouïes.




Pendant que Damien s'affaire sur le travail de la table et des ouïes, je m'occupe de mon côté de la suite du travail sur le manche. En effet, il est pour le moment trop gros, il est donc nécessaire de s'attaquer à cette épaisseur en rappant progressivement le bois d'érable, pour arriver à la bonne hauteur.


 Le manche à son état brut

 Il faut faire baisser la hauteur à la rappe

Une fois la bonne hauteur atteinte, je peux m'attaquer aux découpes des facettes afin de donner au bois une forme qui s'approchera de l'arc de cercle. Il s'agit en fait de raboter les deux arêtes  dans la longueur. Pour cela, il faut commencer par tracer des axes sur les bords du manche et sur l'arrières. Il faudra parfaitement respecter ces repères et faire en sorte que le plat ainsi créé face se rejoindre les axes.

Rabotage des arrêtes


Etape 9

aujourd'hui, nous reprenons le travail sur le manche avec le rabotage de facettes qui permettrons de créer l'arrondi de la poignée(arrière du manche). Dans un 1er temps, nous suivons les dimensions d'un manche de Gibson Les Paul, mais le rendu final sera légèrement plus fin. Une fois le rabotage terminé, il faut encore rapper, limer et poncer.

 Rabotage des facettes


Création de la poignée


Damien continue également le travail sur les ouïes puis humidifie le corps afin d'avoir un aperçu du rendu, car le corps sera huilé et ciré.

La création des ouïes, un magnifique travail de lutherie

Le travail avance !

Le corps est humidifié pour pour un rendu proche du rendu final

Les tranches du corps doivent encore être poncées soigneusement afin de retirer tous les défauts laissés par les différents outils.

Ponçage de la tranche du corps

Avant de terminer la journée, je dessine le futur cache sur la pièce d'érable. Il s'agira bien sûr de mon papillon fétiche. Damien me laisse choisir l'emplacement du dessin. Il sera détouré dès demain.

 Voilà à quoi ressemblera le cache que j'ai conçu

Etape 10

Une nouvelle journée de stage où nous n'avons pas chômé ! Pendant que Damien s'attaque à la défonce du talon de la guitare qui accueillera le manche, je m'occupe de détourer le cache papillon préparé hier. D'abord je dégrossi avec la scie à ruban, puis comme d'habitude, je lime et je ponce jusqu'à obtenir des contours "parfaits".

 Mon engin préféré du stage, la scie à ruban

Le cache papillon une fois détouré, limé et poncé


 Découpe du talon qui accueillera le manche


La suite des opérations consiste à terminer l'arrondi du manche (la poignée). Pour cela, nous utilisons la rappe, puis la lime et enfin le ponçage.

 Finition du manche


Une fois la poignée du manche bien arrondie et régulière, Damien perce les six trous qui accueillerons les mécaniques.

 Perçage des trous des mécaniques


La guitare avance à grand pas et nous ne résistons pas (une nouvelle fois) à l'envie de tester le visuel en posant tous les accessoires.




Etape 11

Avant d'arriver à l'assemblage final, il reste encore beaucoup de travail. Aujourd'hui je reprends le ponçage intensif sur la tranche de la guitare afin d'avoir un rendu parfait.


Il faut  maintenant percer le corps pour y placer le cordier, le chevalet et les micros.

 Perçage des emplacements des micros, du chevalet et du cordier

 



Une fois ce travail terminé, je dois affiner le talon et le rendre parfaitement symétrique.

 Affinage du talon à la rape et à la lime

Il faut rapper le bois sans mordre les traits

Pour finir la journée, je reprends le ponçage du manche avec du papier à 120, il restera encore l'étape du papier à 180 puis à 400 pour un résultat optimum.

Le manche est presque fini

Etape 13

Aujourd'hui, nous achevons le travail sur le manche avec les derniers ponçages. Nous passons à des grains très fins : 180 puis 240 et enfin 320 (nous utiliserons le 400 pour le cache papillon).

Une fois le manche terminé, Damien prépare le talon afin de visser le manche au corps.

Perçage du talon qui accueillera le manche

Nous passons ensuite au perçage des emplacements de l'électronique et à la préparation du cache (en érable) qui en fermera l'accès.



Je fini ensuite le cache papillon en le ponçant (grains 400) pour un rendu très "doux". Il faut ensuite préparer les repères où nous percerons pour ensuite visser la plaque sur le corps.



Enfin, nous posons les mécaniques sur la tête afin de les fixer.

 Pose des mécaniques




Etape 14

Il s'agit de l'avant dernière étape, celle des premières finitions. Mon travail du jour a surtout consisté en beaucoup,oui beaucoup de ponçage. Il faut faire très attention car la moindre rayure de ponçage, le moindre défaut sera accentué par le passage à l'huile et au cirage.

Ponçage jusqu'au grain 500

Damien pendant ce temps là s'occupe d'adapter le cache papillon aux différents éléments de la guitare.



Ensuite, il donne un arrondi aux arrêtes du corps en utilisant la défonceuse.


Le corps et le manche sont prêts, on peut commencer le huilage du corps, le cirage ce fera à la prochaine étape, de même que le vernissage du manche.

 Passage de l'huile (1ère couche)

 Rendu après la première couche d'huile sur le corps et le cache

A gauche, la "Aurélia" de ma sœur et à droite, la Crazy Butterfly

 Etape 15

Nous approchons au but avec cette ultime étape de travail.

Aujourd'hui nous donnons une seconde couche d'huile au corps et le cirons puis, nous vernissons le manche.

  Le corps après cirage



Vernissage du manche

Pendant que le manche sèche, on s'occupe de percer le corps pour la prise jack puis nous nous préparons pour monter toute l'électronique (micro EMG 60 pour le manche et 81 pour le chevalet).


Une fois le vernis bien sec, nous fixons définitivement les mécaniques sur la tête et le manche est vissé sur le corps.



Nous pouvons passer au montage de l'électronique.






Nous n'avons plus qu'à placer la pile (les EMG 60 et 81 sont des micros actifs) et à viser la plaque. Nous plaçons les caches potards (finition black chromé), puis nous montons les cordes, réglons le manche grâce au truss-rod et plaçon le cache trus-rod. Damien règle enfin le chevalet et la hauteur des micros, coupe le surplus de corde sur les mécaniques, et il n'y a plus qu'à...

 Montage des cordes et placement du cache trus-rod

La Crazy Butterfly enfin terminée !!!

Nous branchons la guitare à l'ampli (un cube Roland 15w) et là... un vrai bonheur elle est généreuse, le micro manche est rond et profond, le micro 81 est claquant. Les ouïes permettent un sustain absolument fabuleux et offre une résonance parfaite.

Test par le luthier Damien Peley
(non il ne s'est pas trompé de sens il est gaucher et comme Hendrix, il sait jouer "à l'envers"")

N'est-elle pas magnifique?